Contrats intelligents

UBS lance une blockchain règlementaire avec Credit Suisse et d’autres institutions

| mise à jour

Avec Credit Suisse, SIX et plusieurs établissements, UBS lance une plateforme de contrats intelligents pour simplifier la réconciliation de données règlementaires.

(Source: UBS)
(Source: UBS)

En collaboration avec Credit Suisse, SIX, Thomson Reuters, la banque britannique Barclays et la banque belge KBC, UBS lance une blockchain privée pour réconcilier des données règlementaires. Dénommé «Massive Autonomous Distributed Reconciliation» à l’interne, le projet doit permettre aux institutions participantes de simplifier le contrôle de la qualité des données associées au Legal Entity Identifier (LEI). Le LEI est un code alpha-numérique à 20 caractères permettant d'identifier de façon univoque les entités juridiques impliquées dans les transactions financières, et qui apporte davantage d’efficacité et de transparence aux marchés. Il est notamment requis par les règlementations MiFID II/MiFIR dès janvier 2018.

S’appuyant sur la plateforme Microsoft Azure, la solution mise au point par le lab londonien d'UBS facilite le processus de réconciliation des données de référence du LEI (classification de l’industrie, nom de l’entité, siège, etc.). La donnée de référence aux mains de l’institution est chiffrée (hashing) et soumise anonymement à la blockchain privée Ethereum. Les contrats intelligents réconcilient alors immédiatement cette donnée par rapport au consensus. Le mécanisme évite ainsi à chaque institution d’avoir à vérifier régulièrement la qualité de ses données de référence. «Traditionnellement, une entreprise comme la nôtre vérifie la qualité de ses données par rapport à de multiples sources, mais nous n’avons pas de référentiel de qualité commun avec nos pairs, explique Christophe Tummers, Head of Data chez UBS. En employant des contrats intelligents inspirés de la blockchain, la réconciliation des données peut s’effectuer presque en temps réel pour tous les participants de façon anonyme.»

L’adhésion de plusieurs établissements bancaires au projet tient au fait qu’il profite à chacun et qu’aucun n’en retire un avantage au détriment des autres. «L’emploi de la blockchain pour résoudre des problèmes règlementaires du monde réel de façon économique est particulièrement attractif», salue ainsi Emmanuel Aidoo, Responsable de la stratégie blockchain chez Credit Suisse.

Tags
Webcode
DPF8_73482