Recherches interdisciplinaires

Des chercheurs suisses optimisent l’exploitation des données mobiles

| mise à jour

Les recherches du projet interdisciplinaire SwissSenseSynergy a déjà livré des applications et techniques prometteuses, permettant entre autres d’améliorer la protection des données exploitant les capteurs des smartphones.

(Source: Fotolia)
(Source: Fotolia)

Soutenu par Fonds national suisse (FNS), le projet de recherche interdisciplinaire SwissSenseSynergy a livré de nouvelles techniques prometteuses en matière de données collectées et transmises par les smartphones. Le projet réunit quatre partenaires académiques: l’Institut d’informatique de l’Université de Berne, le Département des sciences informatiques de l’Université de Genève, l’Institute for Information Systems and Networking de la SUPSI et le Department of Computer Science and Engineering de l’Université de technologie de Chalmers (Suède).

Enjeux et applications du «crowdsensing»

Le projet SwissSenseSynergy se concentre sur les enjeux et les applications du «crowdsensing», c'est-à-dire la démarche consistant à recueillir des masses d’informations spécifiques à l’aide des nombreux capteurs qu’abritent les smartphones «Toutes ces informations sont très précieuses pour des applications diverses, de l’analyse des tendances en marketing à la prédiction des mouvements de foule», explique le coordinateur du projet, Torsten Braun, de l’Université de Berne. Prometteuses, les applications du crowdsensing font face à des enjeux, notamment éthiques, et les chercheurs tentent de résoudre «la délicate équation posée par la collecte des données, l’impact sur l’usager et le respect de la vie privée.»

Injecter du bruit et affiner la géolocalisation

Ainsi, pour améliorer la sécurité des données, l’équipe de l’Université de technologie de Chalmers en Suède a développé des méthodes d’apprentissage machine garantissant l’anonymisation des données collectées en y injectant du «bruit» sous forme données aléatoires «soigneusement calibrées».

Egalement développée dans le cadre du projet de recherche SwissSenseSynergy, un procédé qui selo le FNS améliore la précision des données de localisation en intérieur et en sous-sol jusqu’à 1,1 mètre dans 90% des cas, soit une précision comparable au GPS. «La prochaine étape consistera à déterminer les déplacements des utilisateurs, ce qui pourrait par exemple intéresser les centres commerciaux ou les gares ferroviaires», explique Torsten Braun.

Le projet SwissSenseSynergy travaille actuellement sur une architecture d’expérimentation baptisée Vivo, afin d’impliquer des volontaires dès la phase expérimentale et de soutenir le développement de nouvelles applications.

Webcode
DPF8_44980