Puis-je filmer mes employés ?

La protection des données en 36 exemples sur ThinkData.ch

| mise à jour
par tanias

La plateforme ThinkData.ch, lancée aujourd’hui, aborde la problématique de la protection des données des collaborateurs au sein d’une entreprise de manière concrète.

Le site web ThinkData.ch (Quelle: Thinkdata.ch)
Le site web ThinkData.ch (Quelle: Thinkdata.ch)

A l’occasion de la 6e journée de la protection des données, le professeur Jean-Henry Morin et Mme Isabelle Dubois, préposée du Canton de Genève à la protection des données et à la transparence, ont présenté ce matin à l’IDHEAP le service ThinkData.ch, nouvel outil interactif de sensibilisation à la protection des données dans le milieu des entreprises et organisations.

Une approche narrative et concrète

Ce service, fruit d’une réflexion menée à Genève dans le cadre d’un laboratoire d’idées sur la science des services et l’innovation (ThinkServices) repose sur une approche par récits. «Comment mettre en œuvre un système biométrique» «Puis-je filmer mes employés» «Comment dois-je protéger les données privées que je collecte» font partie des questions abordées de manière concrète sur diverses thématiques, dont la biométrie, la confidentialité des emails, la géolocalisation, la vidéosurveillance ou encore le vol de données. Chaque scénario est introduit par une histoire concrète. Suivent une liste de principes de base applicables, une recommandation ainsi qu’un exemple réel. Soucieux de promouvoir le dialogue avec les internautes, les initiateurs du projet ont également inclus la possibilité de soumettre des scénarios, qui sera ensuite retravaillé par de groupe et travail et publié sur le site. 

La plateforme, qui a reçu un écho élogieux des personnes présentes lors de sa présentation, envisage de s’étoffer rapidement. Selon le professeur Jean-Henry Morin, une version multilingue (le site est actuellement disponible en français uniquement), un espace forum ainsi qu’un traitement multi-juridictionnel de la problématique seront développés une fois les fonds nécessaires réunis.

Responsabiliser les acteurs impliqués

Monsieur Jean-Philippe Walter, préposé fédéral suppléant à la protection des données et à la transparence, s'est félicité du lancement de ce nouveau service. Il a en outre rappelé l’urgence de «revoir rapidement nos législations de protection des données pour les adapter au nouveau paysage sociétal et technologique en renforçant les outils de protection afin que l’individu puisse pleinement jouir de la maîtrise sur les données qui le concerne», tout en appelant chaque acteur impliqué à prendre ses responsabilités, en respectant le droit à la protection des données pour ceux qui les traitent, et en développant des systèmes d’information et des technologies qui respectent les exigences de la protection des données dès la conception.

Kommentare

« Plus