29.01.2014 15:18 (Mélanie Haab)
Motion parlementaire

Le Canton de Berne se penchera davantage sur les projets open source

La gare de Berne
La gare de Berne (Source: SBB AG, Bern)
Le Grand Conseil bernois a accepté, hier, une motion exigeant un recours systématique aux logiciels open source. Le canton pose toutefois ses conditions.

Hier, le Grand Conseil bernois a accepté à 130 voix contre 0 la motion «Exploiter les synergies dans le développement et l'utilisation de logiciels», qui demande au canton de favoriser les logiciels libres et les synergies avec les programmes d’autres institutions publiques. L’Office d’informatique et d’organisation du canton de Berne et la Bedag informatique (qui appartient au canton de Berne) sont ainsi invitées à coopérer plus fréquemment avec d’autres autorités.

Le canton paierait en effet quelque 200 millions de francs pour son informatique. A l’échelle du pays, ce sont 3 milliards qui sont investis chaque année dans l’IT par les institutions publiques.

Dans sa réponse le Conseil-exécutif approuve le principe de mettre gratuitement à la disposition du public les programmes financés par les impôts. D’un point de vue développement numérique durable, la réduction de la dépendance à des fournisseurs de logiciel et la réduction des coûts font également sens.

En revanche, le canton n’a pas pour mission d’être pionnier et de prendre le «risque entrepreneurial du développement de logiciel». L’administration ne doit faire développer de nouveaux logiciels que lorsqu’il n’existe pas de solution adéquate sur le marché. «Et ce indépendamment du fait que les logiciels à développer ou déjà existants soient libres ou non», précise le Conseil-exécutif dans sa réponse.

En 2007, le Grand Conseil bernois avait largement refusé une motion demandant l’adoption d’une stratégie open source.

Hier, le Grand Conseil bernois a accepté à 130 voix contre 0 la motion «Exploiter les synergies dans le développement et l'utilisation de logiciels», qui demande au canton de favoriser les logiciels libres et les synergies avec les programmes d’autres institutions publiques. L’Office d’informatique et d’organisation du canton de Berne et la Bedag informatique (qui appartient au canton de Berne) sont ainsi invitées à coopérer plus fréquemment avec d’autres autorités.

Le canton paierait en effet quelque 200 millions de francs pour son informatique. A l’échelle du pays, ce sont 3 milliards qui sont investis chaque année dans l’IT par les institutions publiques.

Dans sa réponse le Conseil-exécutif approuve le principe de mettre gratuitement à la disposition du public les programmes financés par les impôts. D’un point de vue développement numérique durable, la réduction de la dépendance à des fournisseurs de logiciel et la réduction des coûts font également sens.

En revanche, le canton n’a pas pour mission d’être pionnier et de prendre le «risque entrepreneurial du développement de logiciel». L’administration ne doit faire développer de nouveaux logiciels que lorsqu’il n’existe pas de solution adéquate sur le marché. «Et ce indépendamment du fait que les logiciels à développer ou déjà existants soient libres ou non», précise le Conseil-exécutif dans sa réponse.

En 2007, le Grand Conseil bernois avait largement refusé une motion demandant l’adoption d’une stratégie open source.

© Netzmedien AG 2016
La reproduction ou la diffusion de tout ou partie d’articles, d’images ou de publicités est formellement interdite sauf autorisation expresse de l’éditeur.

Source URL (Extrait le 24.08.2016 06:42):

http://www.ictjournal.ch/fr-CH/News/2014/01/29/Le-Canton-de-Berne-se-penchera-davantage-sur-les-projets-open-source.aspx