Deep Tech

Où se situent l’Europe et la Suisse dans la course aux talents dans les technologies de pointe?

| mise à jour

L’Europe est bien positionnée en matières de talents dans les deep tech, selon une étude d’Atomico. La Suisse est dans le top 3 européen pour la blockchain, la génomique est l’informatique quantique.

Selon une vaste méta-étude réalisée par Atomico, l’Europe ne manque pas d’atouts dans la compétition mondiale pour les talents du numérique. Le continent compte ainsi environ 5,5 millions de développeurs contre 4,4 millions aux Etats-Unis. L’Allemagne et le Royaume-Uni et les hubs de Berlin et Londres sont les poids lourds tant en termes de nombre de développeurs que d’attractivité. Sur la base des données issues de Stack Overflow, la Suisse compterait quant à elle environ 144’000 développeurs professionnels, soit 20’000 de plus qu’en 2016.

Deep tech

Selon l’étude d’Atomico, l’Europe est particulièrement bien positionnée dans les technologies fondamentales, avec quelque 3,5 milliards de dollars investis dans des sociétés deep tech cette année, soit un millard de plus que l’an dernier. La Suisse est en 4ème position européenne derrière le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne. Le continent est considéré comme particulièrement attractif dans les champs de l’intelligence artificielle (IA), de la blockchain et de la cybersécurité. La Suisse est dans le top 3 européen pour la blockchain, la génomique est l’informatique quantique.

Intelligence artificielle

Dans le domaine de l’intelligence artificielle, l’EPFZ se situe au 22e rang mondial des instituts de recherche. Au niveau des hubs européens réunissant le plus de talents IA, Londres et Paris occupent le devant de la scène, tandis que Zurich se classe 6ème et Genève 11ème. «L’Europe a un pool extraordinaire de talents, de chercheurs et d’instituts qui stimulent la recherche en IA en Europe et au-delà», commente Antoine Bordes de Facebook Artificial Intelligence Research.

Blockchain

L’Europe est également bien placée en matière de blockchain et de crypto-monnaies. On trouve ainsi dans Github 8’265 projets européens actifs liés à la blockchain contre 9’565 aux Etats-Unis. Avec 338 projets, la Suisse arrive en 7ème position des pays européens selon cet indicateur. Etonnamment, seul 26 projets sont établis à Zoug qui se revendique pourtant le nom de crypto-valley. «L’Europe est traditionnellement forte en matière de cryptographie, avec des chercheurs éminents provenant d’instituts académique européens, et des hubs industriels s’appuyant sur l’expertise cryptographique en France, en Estonie, en Belgique et en Suisse», commente George Danezis du University College London.

Tags
Webcode
DPF8_72514