Etude suisse

Les employés qualifiés voient d’un bon œil la transformation numérique

| mise à jour

Une étude menée en Suisse auprès d’employés qualifiés indique qu’ils ont une compréhension divergente du concept de transformation numérique. Globalement, la digitalisation de l’espace de travail est bien perçue.

(Source: Fotolia)
(Source: Fotolia)

La digitalisation de l’espace de travail est globalement bien perçue en Suisse. C’est la conclusion d’une étude récente de l’Institut de psychologie appliquée de la Haute école spécialisée des sciences appliquées de Zurich (ZHAW). L’étude se base sur un sondage mené auprès de 630 employés qualifiés de PME et grandes entreprises.

Les définitions multiples de la transformation numérique

L’étude montre que le concept de transformation numérique n’est pas compris de la même manière par tous. Certains l’associent à l’automatisation des tâches, d'autres à des modes de travail flexibles et mobiles voire à l’utilisation des médias sociaux. Pour un certain nombre, la transformation digitale se rapporte à des tendances technologiques précises telles que l'Industrie 4.0, le Big Data, la robotique et l'intelligence artificielle.

Perception généralement positive teintée de quelques craintes

Pour la majorité des sondés, la digitalisation est perçue positivement par exemple pour sa capacité à transformer le quotidien professionnel en apportant davantage de diversité et d’autonomie. Plus de neuf participants sur dix ont la possibilité de travailler à domicile. Aux yeux des employés, pouvoir communiquer en permanence via les outils numériques permet de booster leur productivité. Néanmoins environ la moitié d’entre eux estiment qu’être atteignables tout le temps n’a pas d’impact sur leur créativité et peut potentiellement nuire à leur bien être. La digitalisation de l’espace de travail apporte aussi d’autres craintes, relatives à l’insécurité de l'emploi, due notamment aux changements des profils demandés pour un job. En revanche peu d’employés s’inquiètent d’être un jour remplacés par des machines.

Modes de communication et d’apprentissage modifiés

La moitié des personnes interrogées par la ZHAW confient avoir perçu du changement dans les modes de communication de leurs supérieurs, qui utilisent aujourd’hui plus volontiers les canaux numériques. Les équipes communiquent le plus souvent par courrier électronique, lors de réunions ou de rencontres informelles. Les nouveaux canaux numériques tels que les messageries instantanées, Skype ou Slack sont aussi peu utilisés que le téléphone, indiquent l’étude. Bien que la plupart des employés se sentent aujourd’hui globalement mieux informés sur leur contexte professionnel, les décisions du management pourraient selon eux être encore mieux véhiculées.

Concernant la formation continue, un peu plus de la moitié des sondés s’attendent à pouvoir bénéficier d’offres combinant outils d’apprentissage numériques et cours en salle de classe.

Webcode
DPF8_35471