Recherche et défense

L’armée US investit 2 milliards dans l’intelligence artificielle du futur

| mise à jour

Alors que son avance technologique s’érode, notamment par rapport à la Chine, l’armée américaine injecte 2 milliards de dollars dans un programme qui vise à créer une nouvelle génération de systèmes d’intelligence artificielle dotée de raisonnement contextuel.

L’armée américaine a dévoilé un plan d’investissements pluriannuel de 2 milliards de dollars, en vue de développer la nouvelle génération de technologies d’intelligence artificielle (IA). Dans le cadre du programme «AI Next», la DARPA (l’Agence US pour les projets de recherche avancée de défense) veut créer des systèmes IA capables de raisonnement contextuel. Avec cette capacité couplée à des facultés de communication semblable à celles des humains, l’IA sera en mesure de s’adapter en toute autonomie à des situations inédites et à de nouveaux environnements, souligne l’agence. Qui précise qu’une telle avancée pourrait permettre de faire l’économie des phases d’apprentissage machine telles que pratiquer actuellement pour entraîner des systèmes IA. «Aujourd'hui, les machines manquent de capacités de raisonnement contextuel, et leur formation doit couvrir toutes les éventualités, ce qui est non seulement coûteux, mais finalement impossible», explique Steven Walker, directeur de la DARPA.

Plus qu’un outil… un collègue

L’agence explique ainsi que l’incapacité à raisonner de façon contextuelle ressort comme les limites de la vague actuelle de technologies d’IA, une génération qui a succédé à des systèmes «artisanaux» répliquant les connaissances d’experts humains. La génération actuelle, dopée au machine learning et aux approches de deep learning basé sur des réseaux neuronaux, nécessite de disposer de masse de données, de les collecter, les trier et les contrôler. Un processus prohibitif que les chercheurs de la DARPA comptent reléguer aux oubliettes avec leur vision de la troisième génération de technologies IA, qui ferait des machines plus que des outils qui exécutent des règles programmées par des humains. Les systèmes d’intelligence artificielle se profileraient alors davantage comme des collègues que comme des outils.

L’avance technologique de l’armée américaine s’érode

Le plan d’investissements de la DARPA dans son programme de recherche en intelligence artificielle intervient dans un contexte où, dans ce domaine de pointe, les Etats-Unis voient la Chine progresser plus vite. Doctorante au Center for Security Studies (CSS) de l’EPFZ, Sophie-Charlotte Fischer explique dans un article récent que l'armée américaine lutte pour enrayer l'érosion de son avance technologique face aux développements issus du secteur privé et d’autres pays. Un phénomène que la chercheuse attribue à «une culture de l'innovation peu encline à prendre des risques, à des obstacles bureaucratiques dans les processus d'approvisionnement et au fait que [l’armée américaine] n'est tout simplement pas un employeur attrayant pour les meilleurs talents en IA». Un contexte à l’opposé de celui de la Chine, qui progresse à grands pas dans le domaine et où un lien fort existe entre l’Etat et les recherches menées dans le secteur privé. Une telle collaboration n’étant pas à l’ordre du jour aux USA, des initiatives telles que Defense Innovation Unit

Experimental (DIUx) apparaissent. Via cette structure, l’armée US investit sous la forme de contrats pilotes dans des innovations commerciales exploitables dans des applications militaires.

Webcode
DPF8_106176