Sondage auprès des plus grandes entreprises helvétiques

Réseaux sociaux: les entreprises suisses avancent à l’aveuglette

| mise à jour

Environ la moitié des grandes entreprises suisses emploie du personnel ou planifie d’en engager pour s’occuper des réseaux sociaux, selon une récente étude. Toutefois, la plupart des 142 sociétés sondées n’ont pas de réelle stratégie dans le domaine.

Près de deux tiers des plus grandes entreprises helvétiques soignent leurs canaux sociaux, indique l’enquête «Social Media Studie Schweiz 2011» réalisée en octobre dernier par l’agence Bernet_PR. L’utilisation des réseaux sociaux se fait néanmoins sans réelle stratégie, règles ou contrôle d’efficacité. Les firmes souhaitent surtout plus de dialogue et des gains en terme d’image, tandis qu’elles craignent une perte de contrôle et trop d’investissements.

Grande disparité d’utilisation

Quelque 38% des plus grosses entreprises suisses n’utilisent pas les médias sociaux tandis que 62% utilisent Facebook, Youtube, Twitter, les blogs ou d’autres plateformes, révèle l’étude de Bernet_PR. Etonnamment, ce dernier pourcentage est très supérieur à celui qui ressort d’une autre enquête réalisée auprès de 271 entreprises de l’arc lémanique par la Haute école de gestion de Genève et publiée en novembre 2010. A la question, «Votre organisation utilise-t-elle actuellement les réseaux sociaux?», seules 24% ont répondu par l’affirmative et 68% par la négative.

Manque de stratégie

Un peu plus de 20% des entreprises ayant pris part au sondage ont expliqué avoir une stratégie concernant les réseaux sociaux et quelque 60% en planifient une, précise l’étude de l’agence sise à Zurich. Parallèlement, un tiers effectuent une évaluation de leur engagement social sur la toile alors que près de 40% l’envisagent. Sans surprise, Facebook se voit accorder le plus d’attention avec 45% de présence en ligne, suivi par Youtube et Twitter (28% chacun) et les blogs (25%). Facebook est aussi le canal où les contenus sont les plus fournis et mis à jours: 40% des sondés disent y être actif quotidiennement ou au moins une fois par semaine contre 27% pour Twitter, 22% pour les blogs et 13% pour Youtube. La présence sur Second Life est quant à elle résiduelle.

Crainte de perdre le contrôle

Les entreprises misent avant tout sur le dialogue avec des groupes cibles (64%), la construction d’un statut de fournisseur d’emplois (59%) et sur l’entretien de l’image et de la réputation (52%). En 7e position se situe la volonté de ne pas rater une tendance. Au niveau des faiblesses des outils sociaux, les sondés craignent majoritairement une perte de contrôle (62%) et un investissement trop conséquent (57%). La peur d’indiscrétions via des collaborateurs et des critiques publiques arrivent au 3e rang (12%). Pour 35% des grandes entreprises, la présence sur les réseaux sociaux donne plus de travail que de bénéfices, tandis que 24% y voient un jeu à somme nulle et 17% plus d’avantages que d’inconvénients.

Ressources humaines

L’engagement des entreprises suisses sur les réseaux sociaux se concrétise dans le nombre de postes consacrés à les entretenir: près de 40% disposent actuellement d’employés en charge de cette tâche, 13% planifient de faire le pas et 5% misent sur des ressources externes. En outre, sur le plan du monitoring, 54% des sociétés disent surveiller les canaux sociaux et 19% vouloir le faire.

 

Kommentare

« Plus