Politique

Vaud et Genève veulent fédérer l’effort numérique romand

| mise à jour

Les conseillers d’Etat Nuria Gorrite et Pierre Maudet veulent créer une conférence intercantonale sur le numérique. Ils assurent que la frontière entre Vaud et Genève n’existe déjà plus sur ce sujet et invitent leurs homologues romands à se joindre à eux pour pouvoir davantage «peser dans le débat national.»

(Source: rawpixel.com)
(Source: rawpixel.com)

Dans une interview accordée conjointement à 24 Heures et à la Tribune de Genève, les conseillers d’Etat Nuria Gorrite et Pierre Maudet ont invité toute la «Suisse occidentale», Bernois compris, à s’unir face à la transformation numérique. La Vaudoise et le Genevois appellent ainsi à la création d’une conférence intercantonale sur le sujet et ont envoyé un courrier intitulé «Conférence de Suisse occidentale des directeurs cantonaux du numérique» à leurs homologues romands.

Selon la présidente du Conseil d'État du canton de Vaud «la question numérique va impacter l’ensemble des domaines de l’État», ce qui «oblige à faire beaucoup de collaborations interdépartementales.» Destruction de certains emplois, création d’autres, adaptation de la formation continue, évolution de la fiscalité sont autant de sujets pour lesquels «la répartition de départements en territoire clos n’est plus d’actualité», affirme Pierre Maudet. Ils doivent être réfléchis «à l’échelon intercantonnal», ajoute de son côté l’élue PS.

«le monde politique prend un sérieux retard»

Comme son homologue vaudoise, le membre du PLR genevois devrait à son tour devenir président du Conseil d’État dans les mois à venir (il a été le seul élu au premier tour le 15 avril dernier). Il engage d’ailleurs les candidats au second tour, le 6 juin prochain, à faire du numérique «un axe fort du programme de législature.» Pour lui, «croire que la transition numérique pourrait se passer de l’État serait une erreur fondamentale». Et les deux élus veulent autant soutenir les innovations qui sortent des hautes écoles hébergées par leur canton que travailler sur le «cadre éthique» qui doit éviter les dérives. «Loin de déclasser l’État, un monde dématérialisé appelle le renforcement du rôle de l’État», renchérit Nuria Gorrite pour qui les gouvernants doivent prendre soin de «la confiance que nous témoignent les citoyens en nous confiant de plus en plus de données.»

Forts d’attirer à eux deux «66%, soit les deux tiers, du capital-risque de Suisse» selon Pierre Maudet, Vaud et Genève espèrent maintenant que les autres cantons romands les rejoindront, convaincus qu’une conférence intercantonale est le meilleur moyen de peser dans le débat national. Le Valais, Neuchâtel et Berne n’ont pas encore répondu à cet appel tandis que Le Jura et Fribourg ont manifesté leur intérêt écrivait mercredi 24 heures. David Eray, président du Gouvernement jurassien a même réagi avec ces mots retranscrits par le quotidien romand: «Je préside les séances du Conseil d’État sans feuille. L’ordre du jour, les annexes, tout est sur tablette.» Une sortie qui ne manquera pas de chatouiller Pierre Maudet qui, dans l’interview, déclarait: «le monde politique prend un sérieux retard, n’ayant pas totalement saisi ce que représente l’enjeu numérique.»

Tags
Webcode
DPF8_90445