Réforme fiscale américaine

Apple va payer 38 milliards de dollars au fisc américain

| mise à jour

Suite à la réforme fiscale américaine mise en place par Donald Trump, Apple paiera 38 milliards de dollars d’impôts aux Etats-Unis. La marque à la pomme annonce également la création de 20'000 emplois sur le territoire américain.

Tim Cook, CEO d'Apple.
Tim Cook, CEO d'Apple.

Le géant Apple annonce qu’il paiera 38 milliards de dollars d’impôts aux Etats-Unis sur ses bénéfices réalisés à l’étranger. Cet impôt de rapatriement est fixé suite à la réforme fiscale américaine mise en place par le président Donald Trump. En effet, depuis le 1er janvier 2018, la loi offre la possibilité aux grandes entreprises de rapatrier les bénéfices effectués à l’étranger pour une imposition variant entre 8 et 15,5%. «Apple, qui est déjà le plus gros contribuable américain, prévoit des paiements d'impôt de rapatriement. Un paiement de cette taille serait probablement le plus important de son genre», déclare la marque à la pomme.

Sur une durée de cinq ans, Apple compte injecter à hauteur de 350 milliards de dollars d'investissements aux Etats-Unis et devrait payer 75 milliards de dollars en taxes au gouvernement américain sur la même période. En outre, la firme de Cupertino promet la création de 20'000 emplois aux Etats-Unis. «Apple est une succes story qui n'aurait pu voir le jour qu’aux Etats-Unis, et nous sommes fiers de poursuivre notre longue histoire de soutien à l'économie américaine. Nous croyons profondément au pouvoir de l'ingéniosité américaine et concentrons nos investissements dans des domaines où nous pouvons avoir un impact direct sur la création d'emplois et la préparation à l'emploi. Nous nous sommes profondément impliqués pour donner en retour à notre pays et aux personnes qui aident à rendre notre succès possible», a déclaré Tim Cook, CEO d'Apple.

C’est donc partie gagnée pour Donald Trump, dont l’une des promesses de campagne était de ramener le capital des grandes entreprises sur sol américain. Le président des Etats-Unis s’en est d’ailleurs réjouit sur Twitter, en remerciant Apple de suivre la nouvelle politique de taxation.

Webcode
DPF8_76232