Désaccord

Gemalto rejette l’offre d’achat amicale, Atos insiste

| mise à jour

Le spécialiste des solutions d’authentification Gemalto refuse l’offre de rachat du groupe français Atos pour 4,3 milliards d’euros, la jugeant insatisfaisante. Atos a par la suite fait savoir qu'il n'abandonnerait pas son idée de créer un géant européen de la cybersécurité.

(Source: miflippo / iStock.com)
(Source: miflippo / iStock.com)

Gemalto refuse l’offre amicale d’achat du groupe IT français Atos. Spécialisé dans les solutions d’authentification et de protection, Gemalto juge la proposition insuffisante et stratégiquement peu convaincante. En effet, Gemalto estime que cette dernière offre peu de perspectives quant au statut autonome que l’entreprise souhaite garder.

De son côté, le groupe IT français informe qu'il n'abandonne pas l'idée de racheter Gemalto et se veut rassurant quant à la conservation de l'identité de Gemalto: «Atos réitère sa volonté d’engager des discussions et reste confiant que le conseil d’administration de Gemalto ouvrira un dialogue direct et constructif au sujet de l’offre. Atos confirme également son intention d’intégrer tous les métiers de Gemalto en son sein et de maintenir la marque Gemalto».

Pour rappel, le groupe IT français Atos avait fait une offre amicale d’achat de la société Gemalto pour 4,3 milliards d’euros, soit une prime de 42% sur le dernier cours de bourse. Actuellement dans une mauvaise passe, Gemalto avait promis une réponse jusqu’au 15 décembre soulignant toutefois qu’il n’y avait «aucune certitude que l'Offre débouche sur une offre ferme et recommandée pour la Société.»

Webcode
DPF8_73801