Energie

Les services industriels de six villes suisses coopèrent dans la blockchain

| mise à jour

Réunis au sein de Swisspower, six services industriels suisses, dont les SIG et les Services Industriels de Lausanne, mettent en place une coopération nationale et investissent dans la technologie blockchain. Le consortium entend lancer des projets pilotes dès 2018.

(Source: micha_eicher)
(Source: micha_eicher)

Les services industriels des six villes suisses dont Genève, Lausanne et Berne mettent en place une coopération à l’échelle nationale et investissent dans la technologie blockchain. Déjà réunis au sein de l’alliance Swisspower, le consortium espère identifier dès 2018 des applications concrètes dans le secteur de l’énergie et les mettre en œuvre à travers des projets pilote. «Il existe environ 200 cas concrets pouvant être appliqués dans la filière énergétique. La technologie blockchain influencera donc profondément la manière dont l’énergie sera produite et distribuée à l’avenir. Les services industriels Swisspower sont dès aujourd’hui en quête de solutions novatrices pour mettre cette technologie au service de l’avenir énergétique», commente Ronny Kaufmann, CEO Swisspower.

Une démarche mondiale

L’initiative repose sur l’infrastructure blockchain de l’Energy Web Foundation (EWF), organisation qui a pour but d’identifier les différentes utilisations de la technologie blockchain dans le secteur de l'énergie à travers le globe. La fondation basée à Zoug compte lancer une plateforme blockchain axée sur l'énergie et développer des standards de marché assurant l'interopérabilité, réduisant les coûts et la complexité et simplifiant le déploiement technologique grâce à des applications faciles à implémenter, explique l’EWF.

Créée au printemps 2017, l’Energy Web Foundation compte parmi ses affiliés de grandes sociétés telles que la compagnie pétrolière Shell ou encore le fournisseur d’énergie français Engie. Début novembre, l’EWF a ouvert l’accès public à un réseau test nommé Tobalaba.

Webcode
DPF8_72065