130 milliards? Non merci!

Qualcomm refuse de se vendre à Broadcom pour 130 milliards de dollars

| mise à jour

Le fabricant de puces Qualcomm refuse l’offre de rachat de son concurrent Broadcom pour 130 milliards de dollars, la jugeant insuffisante. Broadcom va sans doute revenir à la charge avec une OPA moins amicale.

Conçues par Qualcomm, les puces Snapdragon équipent la plupart des smartphones Android.
Conçues par Qualcomm, les puces Snapdragon équipent la plupart des smartphones Android.

Intel et Samsung, les deux leaders sur le marché des semi-conducteurs, peuvent être tranquilles. Le numéro 3 Qualcomm refuse en effet l’offre de rachat du numéro 5 Broadcom pour 130 milliards de dollars, dont 25 milliards de dette. «A l’unanimité, le conseil d’administration estime que la proposition sous-évalue Qualcomm, compte tenu de sa position de leader dans les technologies mobiles et de ses perspectives de croissance future», explique Qualcomm dans son communiqué. Steve Mollenkopf, CEO de Qualcomm, se déclare en outre confiant sur la capacité de l’entreprise de créer significativement plus de valeur pour ses actionnaires.

Ce n’est bien entendu pas l’avis de Broadcom qui a déjà réagit au refus de Qualcomm. «Cette transaction créera une entreprise globale forte avec un portefeuille de produits et technologies leaders, et nous avons reçu un feedback positif de la part de clients clés à l’égard de cette combinaison», argumente Hock Tan, CEO de Broadcom.

Selon les analystes on se dirige désormais vers une OPA moins amicale. «Le “merci, mais non merci” de Qualcomm à l’offre non-sollicitée de Broadcom n’est pas surprenante, et on serait étonné que Broadcom ne revienne à la charge avec une course aux procurations auprès des actionnaires», analyse Betsy Van Hees de Loop Capital, citée par Reuters.

Webcode
DPF8_69022