EPFL: un algorithme pour évaluer le degré d'indiscrétion derrière un clic

| mise à jour

Une chercheuse de l’EPFL met au point un algorithme qui permet à l’utilisateur de connaître l’impact d’un clic vis-à-vis de ses données personnelles lors de la navigation web.

(Source: tashka2000 / Fotolia.com)
(Source: tashka2000 / Fotolia.com)

Mahsa Taziki, chercheuse à l’EPFL, a mis en place un algorithme indiquant à l’internaute en temps réel le nombre et la nature des informations dévoilées lors d’un clic, tels que les mentions «j’aime» ou les notes données à des produits. Sous forme d’un code couleur, le système évalue pour chaque clic potentiel la quantité de données transmises, ou le degré d’anonymat.

Au contraire d’un bloqueur de publicité, le système laisse s'afficher les annonces jugées utiles par l’utilisateur, lui permettant de ce fait de garder le contrôle sur sa navigation. L’algorithme pourrait à l’avenir être proposé sous forme d’extension pour navigateur internet, ce «qui permettrait d’être prévenu immédiatement lorsqu’un site empiète trop libéralement sur la vie privée», lit-on dans le communiqué de l’EPFL.

«Dans 80% des cas, il faut accepter de troquer une part d’anonymat pour obtenir ce que l’on souhaite sur internet. Mais certains clics ont une utilité sans compromettre la vie privée, alors que d’autres font tout le contraire. Mon objectif est que l’utilisateur sache exactement à quoi s’en tenir pour faire son choix», explique Mahsa Taziki.

Pour rappel, une récente recherche menée par une journaliste allemande dénonçait le manque d’anonymat lors de la navigation web et le trafic des données relatives à la sphère privée des internautes.

Webcode
DPF8_51805