Fin d’iO

Swisscom annonce l’arrêt son service de messagerie iO

| mise à jour

Faute de succès, Swisscom renonce à son service de messagerie et d’appels iO lancé en 2013.

iO sur Android, iOS et Windows (Source: Swisscom)
iO sur Android, iOS et Windows (Source: Swisscom)

L’opérateur Swisscom retire son application iO du marché au 31 août 2017. Lancée en 2013, iO a été conçue en collaboration avec la société néerlandaise NGTI, qui a également travaillé sur la solution de paiement Tapit. Le service de messagerie iO propose les mêmes fonctionnalités que WhatsApp. Les utilisateurs peuvent, par le biais de l’application, envoyer des messages texte et vocaux, effectuer des appels téléphoniques et visiophoniques mais également de téléphoner via le réseau traditionnel.

Dans un entretien publiée par Swisscom à ce propos, Roger Wüthrich-Hasenböhler, responsable Digital Business, admet qu’il n’est pas possible pour iO de concurrencer le géant américain: «Quand nous avons démarré il y a quatre ans, WhatsApp était déjà plutôt bien établi. Notre objectif était toutefois de relier messagerie et téléphonie vers le réseau traditionnel dans une même appli. Nous étions parmi les premiers opérateurs à le faire, d’autant que WhatsApp ne proposait pas cela à l’époque. Mais ils ont bougé très vite pour devenir ce géant mondial que nous connaissons aujourd’hui».

Malgré cet arrêt, Swisscom continue sa collaboration avec NGTI: «Le développement logiciel est un marché qui évolue constamment – chaque développement, chaque expérience mais aussi chaque échec génèrent de nouvelles idées, encore meilleures», explique Roger Wüthrich-Hasenböhler.

Une dizaine de postes sont directement concernés par la suppression de d'iO. Swisscom assure toutefois qu’il fera le nécessaire pour que les emplois soient repourvus en interne, sans écarter de possibles licenciements.

L’opérateur garantit aux utilisateurs de la version web d’iO qu’ils pourront exporter leurs conversations en format PDF.

Webcode
DPF8_41368