Traficotage d'odomètre

La blockchain contre la fraude au kilométrage

| mise à jour

Bosch et l'autorité allemande de certification Tüv développent une solution basée sur la blockchain pour lutter contre les compteurs kilométriques trafiqués sur les voitures d'occasion.

(Source: Santeri Viinamäki [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons)
(Source: Santeri Viinamäki [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons)

Bosch annonce un partenariat avec l'organisme allemand d'authentification et de certification Tüv contre la fraude au kilométrage sur les voitures d’occasion. En Allemagne seulement, les odomètres manipulés causent environ six milliards d’euros de dommage, contextualise le groupe allemand. Pour lutter contre cette pratique frauduleuse, les deux sociétés vont utiliser la technologie blockchain. Grâce à un connecteur intégré, les véhicules vont envoyer régulièrement des données concernant leur kilométrage à des ordinateurs appartenant à un réseau blockchain. Avec une application mobile, les propriétaires de voitures peuvent vérifier le kilométrage réel à tout moment sur leur smartphone et ainsi le comparer avec celui affiché sur le compteur. «S'ils souhaitent vendre leur voiture, les propriétaires peuvent avoir un certificat délivré qui atteste de l'exactitude du kilométrage de la voiture, précise le communiqué de presse de Bosch. Il est également possible de partager ce certificat sur internet.»

Voir ici l'infographie

Webcode
DPF8_33287