Baromètre 2014 des assurances

Les assureurs suisses ne craignent pas la concurrence du numérique

| mise à jour

Selon une nouvelle étude du cabinet EY, réalisée en collaboration avec l’Université de Saint-Gall, les assureurs suisses perçoivent le potentiel des nouvelles technologies, mais ne prennent pas au sérieux le vent de changement qu’elles insufflent.

Les assureurs helvétiques ne craignent pas la concurrence de nouveaux acteurs technologiques externes à la branche. C’est l’un des constats du «Baromètre 2014 des assurances», réalisé pour la première fois en Suisse par le cabinet EY en collaboration avec l’Université de Saint-Gall. L’étude a été menée auprès de CEO et autres membres de la direction de onze des plus grandes compagnies d’assurance actives dans le pays. En moyenne, les participants considèrent la menace de la concurrence des acteurs en ligne comme faible. Thomas Brotzer, Partner et responsable assurance chez EY Suisse, commente sur ce point: «On se demande si les assureurs prennent suffisamment au sérieux le changement dû à la technologie et à la numérisation. Le risque est qu’ils se concentrent sur le remplacement de l’infrastructure informatique existante en back office. Or, les assureurs doivent réorienter de manière conséquente l’ensemble de l’informatique.»

Potentiel d’amélioration de la gestion des sinistres

A propos de leur environnement IT, près de deux tiers des assureurs concèdent qu’ils ne sont pas assez à jour. Ils sont néanmoins une très nette majorité à percevoir l’énorme potentiel des nouvelles technologies, estimant qu’elles leur permettraient notamment d'améliorer la gestion des sinistres. Deux tiers des responsables jugent les médias en ligne, les réseaux sociaux et les technologies mobiles comme importants pour maintenir le contact avec la clientèle. En revanche, seul un assureur sur cinq considère la technologie comme un défi sérieux. Et une majorité doute que le canal web puisse devenir autonome sur le marché de l’assurance.

Focus sur la réduction des coûts

Les réglementations du secteur suisse de l’assurance ont été renforcées  et l’enquête d’EY montre par ailleurs que pour remédier à la hausse des coûts consécutive, les assureurs se concentrent en nette majorité sur l’accélération de l’industrialisation en vue d’optimiser leurs processus métier. Seul un tiers des responsables interrogés souhaitent remédier à la hausse des coûts par l'innovation en développant de nouveaux business.

Kommentare

« Plus