Mesures anti-NSA

Contre le cyber-espionnage, la Confédération va auditer les prestataires étrangers

| mise à jour

Le Conseil fédéral a approuvé l’application, dès 2016, de procédures d’audit des prestataires IT étrangers pour réduire les risques de cyber-espionnage.

La Confédération a annoncé de nouvelles mesures pour se prémunir contre l'espionnage informatique. Dans le but de réduire les risques d’une instrumentalisation de fournisseurs IT par des services de renseignement étrangers visant la collecte de renseignements, le Conseil fédéral a approuvé une révision des directives des achats de prestations informatiques par l’administration fédérale. Il est dans ce cadre prévu que, dès le 1er janvier 2016, «les entreprises informatiques dont le siège n’est pas situé en Suisse ou dont la dépendance vis-à-vis de l’étranger représente un danger ne peuvent plus, comme jusqu’ici, être considérées comme des partenaires fiables. Elles devront désormais faire l’objet d’un examen approfondi», précise l’annonce de l’administration fédérale.

Mise au point par l’Unité de pilotage informatique de la Confédération (UPIC), le processus d’audit que le Conseil fédéral vient d’approuver définit des critères qui permettent de déterminer quelles acquisitions de prestations informatiques présentent des risques. La Confédération prévoit, si nécessaire, de totalement exclure du marché des prestataires jugés à risque dans le cas où les prestations à acquérir revêtent une importance vitale.

Webcode
3227

Kommentare

« Plus