Wearables

Google Glass: échec chez les particuliers, succès en entreprise?

| mise à jour

Google met temporairement fin à la vente de ses lunettes connectées aux particuliers. Trop geek, mal perçues en société, les Google Glass n’ont surtout pas (encore) trouvé leur application.

(Quelle: Google)
(Quelle: Google)

A partir du 19 janvier, il ne sera plus possible d’adhérer au programme Explorer pour acheter des Google Glass. Le géant technologique met ainsi un terme provisoire à ses lunettes connectées lancées avec fracas en juin 2012, avec des parachutistes se jetant dans le vide en direct équipés de leur binocles hi-tech. Retiré des laboratoires Google(x), le projet continue néanmoins d’exister sous l’égide de Tony Fadell, ex-patron de Nest et concepteur de l’iPod; une nouvelle version est envisagée.

Un accessoire mal calibré

Depuis leur commercialisation en 2013, les lunettes de Google n’ont cessé d’être critiquées. La stratégie marketing consistant à fournir d’abord des lunettes à des développeurs afin qu’ils créent des apps dédiées s’est avérée contreproductive. Les lunettes, aux designs peu séduisants, ont été cataloguées comme accessoire geek, tandis que les développeurs montraient peu d’enthousiasme à créer des applications.
Et surtout, le port en public de lunettes capables de tout enregistrer a vite suscité la polémique quant aux atteintes à la sphère privée, certains établissements bannissant tout bonnement les porteurs desdites lunettes. En fin de compte, beaucoup de pionniers des Google Glass ont fini par se frustrer d’un accessoire plus problématique qu’utile.

Salut en entreprise?

Boudées par les particuliers, les Google Glass pourraient néanmoins trouver un second souffle en entreprise. En juin dernier, la firme a lancé le programme partenaires «Google Glass at Work», avec lequel elle souhaite stimuler le développement d’applications professionnelles pour ses lunettes. Plus généralement, certains experts estiment que les entreprises joueront un rôle de précurseur dans les wearables - une consumérisation inversée - avec des usages et des bénéfices tangibles, dans des domaines tels que la maintenance industrielle ou la sécurité.

Google n’en a pas fini avec les objets connectés

La déconvenue des Google Glass ne signale aucunement un désintérêt du géant technologique pour les objets connectés et les wearables. En 2014, la firme a notamment racheté la société Nest qui propose des thermostats connectés, et elle a lancé Android Wear, son OS pour les accessoires intelligents. 


Tags

Kommentare

« Plus