Premières interrogations

Facebook essaye de rassurer sur la politique de confidentialité de Home

| mise à jour
par Jean Elyan / LeMondeInformatique.fr

Après l'euphorie du lancement, le réseau social a été réactif sur les premières interrogations concernant la protection de la vie privée de Home. Facebook a publié un document de questions/réponses, qui ne semblent pas avoir convaincu tout le monde.

(Quelle: Facebook)
(Quelle: Facebook)

Vendredi, sur son site Internet, Facebook a mis en ligne un document Questions/Réponses pour expliquer comment sa surcouche logicielle Home pour mobiles Android traitait les questions de confidentialité. Dans ce document, l'entreprise explique que, suite aux «nombreuses questions reçues sur la manière dont Home se comporte en matière de vie privée», Facebook a élaboré ce document pour tenter de clarifier les choses. Mais il n'est pas certain que le réseau social ait répondu à toutes les préoccupations.

Annoncé jeudi dernier, Home est essentiellement une surcouche logicielle qui modifie l'écran d'accueil des mobiles sous Android. Il sert par exemple à afficher des photos et des messages provenant de Facebook au premier plan sur l'écran du smartphone. Dans son document sur la vie privée, le réseau social informe en premier lieu que les utilisateurs n'ont pas besoin de Home pour utiliser Facebook, et qu'ils peuvent désactiver Home s'ils décident de ne pas s'en servir après l'avoir installé. Le document poursuit en précisant que, comme c'est le cas d'autres fonctions du site, Home recueille des informations quand les utilisateurs interagissent avec le service, par exemple quand ils notent ou envoient un commentaire et mettent à jour un statut. Home peut également voir quand les utilisateurs lancent d'autres applications sur leurs téléphones, mais il ne peut pas voir les informations à l'intérieur de ces applications. Le document aborde également la question de l'utilisation des données de géolocalisation.

Des spécialistes peu convaincus

Dans un blog, Om Malik, fondateur de GigaOm, a vivement critiqué la façon de faire de Home. Selon lui, ce service « réduit à néant la notion de vie privée ». L'une de ses principales préoccupations au sujet de Home, c'est le fait que le gestionnaire a « très probablement » accès au GPS du téléphone et informe Facebook « en permanence » sur le lieu où se trouve l'utilisateur. « Donc, si votre téléphone ne bouge pas entre 10 h du soir et 6 h du matin pendant une semaine ou deux, le réseau social peut facilement savoir où vous habitez », écrit-il. « Facebook pourra localiser votre lieu de résidence sur une carte, que vous partagiez ou non votre adresse personnelle avec le site ».

Dans son dossier, le réseau social pose la question : « Est-ce que Home peut recueillir ma position ? », et répond : « Home n'utilise pas la géolocalisation de manière différente de l'application Facebook que vous avez déjà sur votre téléphone Android. Pour en savoir plus sur l'usage de la géolocalisation, vous pouvez consulter les conditions qui régissent notre politique d'utilisation des données et l'aide ». Selon cette politique, la collecte de données par Facebook peut inclure les adresses IP et la localisation. « Par exemple, nous pouvons obtenir vos données de localisation GPS ou d'autres informations de localisation afin de pouvoir vous signaler si un de vos amis se trouve à proximité ». L'explication donnée par Facebook ne dit pas clairement si Home recueille des données de géolocalisation plus fréquemment que ne le fait l'application mobile. Pour l'instant, le réseau social n'a pas répondu à cette question.

Ce n'est pas la première fois que les utilisateurs de Facebook sont préoccupés par les mesures prises par le réseau social en matière de confidentialité des données privées. L'an dernier, le réseau social a dû répondre à une action en recours collectif contre une fonctionnalité appelée Sponsored Stories. L'objectif était d'associer des photos ou des contenus mis en ligne par les utilisateurs à des marques de produits pour les intégrer dans des publicités.

www.LeMondeInformatique.fr

Kommentare

« Plus