Interview

Reto Fuchs, Swisscom: «En Suisse, il est plus facile de trouver des compétences sur Azure que sur AWS»

| mise à jour

Swisscom vient de démarrer ses services managés pour les clouds d’Amazon et de Microsoft. Etat des lieux des opérations avec Reto Fuchs, Head of Cloud Consulting & Enabling chez Swisscom Enterprise Customers.

Reto Fuchs, Head of Cloud Consulting & Enabling chez Swisscom Enterprise Customers. (Source: Netzmedien)
Reto Fuchs, Head of Cloud Consulting & Enabling chez Swisscom Enterprise Customers. (Source: Netzmedien)

L’automne dernier, Swisscom annonçait une refonte de son offre cloud avec notamment l’arrivée ce printemps de services managés pour les clouds publics AWS et Azure. Un créneau en plein essor, compte tenu de l’attrait des clouds leaders mais de la complexité à les opérer et à en tirer le maximum pour les entreprises. ICTjournal s’est entretenu avec Reto Fuchs, Head of Cloud Consulting & Enabling chez Swisscom Enterprise Customers, pour savoir où en est l’opération de ces nouveaux services.

Vos services managés pour AWS et Azure sont-ils opérationnels?

Oui, nous avons démarré il y a une quinzaine de jours et comptons déjà une poignée de clients, d’autres étant actuellement en phase pilote. Il s’agit d’entreprises de taille moyenne actives dans différents secteurs.

Voyez-vous ce service comme un complément à vos services de conseil et d’accompagnement dans le cloud ou est-ce un business à part entière?

C’est un business à part entière. Nous voyons deux scénarios amenant des entreprises à faire appel à ces services: d’une part, des organisations que nous accompagnons dans le déploiement de solutions cloud souhaitent ensuite que nous gérions leur environnement. D’autre part, des organisations disposant déjà de solutions cloud nous demandent de les opérer pour leur compte.

Quelle équipe avez-vous constituée pour gérer ces environnements?

Nous avons une trentaine de DevOps avec des profils divers pour gérer les environnements cloud publics sur Azure et AWS. C’est une «journey»: nous apprenons au fur et à mesure. L’équipe grandira également en fonction du volume de clients.

Les mêmes collaborateurs se chargent-ils des environnements Azure et AWS?

Nous avons démarré avec des équipes séparées, mais nous essayons de mutualiser les opérations. C’est parfois compliqué: Azure et AWS n’ayant par exemple pas les mêmes outils de monitoring. Idem du côté des collaborateurs, nous pouvons développer des compétences communes mais, pour maîtriser les finesses de chaque environnement dans un domaine comme l’IoT, il faut impérativement des spécialistes.

A-t-il été difficile de trouver des spécialistes AWS et Azure sur le marché?

Oui, la «guerre des talents» n’est pas un mythe. Nous avons à la fois formé et certifié des collaborateurs existants et recruté de nouveaux spécialistes. Les compétences AWS étant plus difficiles à trouver en Suisse que celles sur les technologies Microsoft. Nous avons la chance d’avoir des projets innovants susceptibles d’intéresser ces talents.

Azure et AWS lancent sans cesse de nouveaux services. En profitez-vous pour optimiser les environnements cloud des clients en continu?

Le modèle est effectivement très différent de l’outsourcing, où vous avez un projet suivi de cinq ans d’opération puis d’un nouveau projet, etc. Encore une fois, le cloud est une «journey»: on démarre quelque part, on optimise en permanence, on déploie de nouvelles solutions, etc.

Webcode
DPF8_91629