L’avis du CIO de Visilab

Marc Besson, Visilab: «Savoir qu’un laser rentre dans l’œil peut freiner l’acceptation»

| mise à jour

CIO chez Visilab, Marc Besson donne son avis sur le concept de smartglass d’Intel, qu’il juge intéressant mais commercialement limité au B2B.

Marc Besson, CIO de Visilab. (Source: Visilab)
Marc Besson, CIO de Visilab. (Source: Visilab)

Que pensez-vous du prototype de lunettes connectées d’Intel?

Le concept est intéressant car ces lunettes sont portables, j’entends d’un point de vue esthétique. En revanche, leur potentiel reste à mes yeux limité au marché B2B. Je ne pense pas que ce type de concept peut se faire une place de sitôt sur le B2C.

Pourquoi ce concept n’aurait-il pas d’avenir auprès du grand public?

En raison du coût, d’une difficulté d’acceptation et des cas d’utilisation limités. On parle ici d’information augmentée mais pas de réalité augmentée. La pauvreté de l’information restituée n’entraînera pas l’adhésion du grand public. Le concept se prête toutefois bien au monde de l’entreprise. Par exemple dans le domaine logistique, les employés auront la possibilité de recevoir de l’information via un dispositif léger.

Visilab pourrait-il proposer ce type de lunettes sur le marché B2B?

S’il existe une demande, notre division qui s’adresse aux entreprises pourrait envisager d’adapter le dispositif à des verres correctifs. Reste à voir si la technologie gagne en maturité. Un autre challenge vient du mode d’affichage rétinien. Savoir qu’un laser rentre dans l’œil peut freiner l’acceptation des utilisateurs. Le cas échéant, la technologie devra être examinée de près par nos opticiens.

Webcode
DPF8_80146