Cryptoéconomie

Intérêt des entreprises pour la blockchain, quels chiffres croire?

| mise à jour

Selon les études, l’intérêt des entreprises pour la blockchain peut varier du simple au double. Comme souvent, le diable se cache dans les détails...

(Source: Joey Kyber / Pexels.com)
(Source: Joey Kyber / Pexels.com)

ICTJournal relatait il y a quelques jours les résultats de la seconde étude IBM sur l’adoption de la blockchain en Suisse et son incroyable conclusion que 93% des compagnies helvétiques s’intéressent à cette technologie. IBM soulignait alors l’avance de la Suisse par rapport au reste du monde et citait une autre étude de Big Blue qui concluait, qu’à l’échelle mondiale, cette technologie n’intéresse que 33% des entreprises.

Pour arriver à ces résultats, l'IBM Institute for Business Value explique avoir interrogé «plus de 1000 cadres dans les secteurs de la banque, des marchés financiers, de la santé, de l'administration, de l'électronique, de la supply chain et de l'IoT» au deuxième trimestre 2017. Quelques mois plus tard, en octobre, Gartner sondait de son côté «3160 CIO, dans 98 pays et dans toutes les grandes industries», et arrivait à des conclusions différentes. Selon le cabinet de conseil américain, 66% des entreprises s’intéressent à la blockchain, quel que soit leur niveau de maturité.

CIO vs cadres

33% d’intérêt pour IBM, 66% pour Gartner. Du simple au double. Deux hypothèses peuvent expliquer ces écarts. La première c’est que durant les quelques mois qui ont séparé ces deux enquêtes, la blockchain n’a cessé d’être mise en lumière. Il suffit de constater que, selon IBM, le nombre d’entreprises suisses se penchant sur le sujet est passé de 66 à 93% entre 2016 et 2017 pour avoir une idée de la vitesse de cette nouvelle vague digitale. La seconde hypothèse c’est que les CIO interrogés par Gartner soient davantage informés sur la blockchain et au courant de projets existants ou à venir la concernant que les cadres sondés par IBM. «La technologie Blockchain exige la compréhension, à un niveau fondamental, des aspects de sécurité, des aspects légaux, de l'échange de valeurs, de la gouvernance décentralisée, des processus et des architectures», souligne d’ailleurs David Furlonger, coordinateur de l’étude Gartner.

Pour en avoir le coeur net, ICTjournal a mené, fin 2017, sa propre enquête en Suisse romande auprès d’une vingtaine de responsables informatiques d’entreprises de tous secteurs. Leurs dires semblent confirmer les chiffres de Gartner: un tiers n’y voit aucun intérêt, deux tiers y réfléchissent et seul l’un deux a un projet pilote en cours.

Webcode
DPF8_91274