Baromètre des banques EY 2018

L’attention portée au digital a bondi en une année au sein des banques suisses

| mise à jour

Selon le Baromètre des banques EY 2018, les banques mettent désormais l’accent sur l’innovation et la croissance et reconnaissent de plus en plus le potentiel du numérique, qui n'est plus considéré comme un simple canal, mais comme un moteur de changement structurel.

(Source: Pictures news / Fotolia.com)
(Source: Pictures news / Fotolia.com)

Occupées ces dernières années par les aspects réglementaires, les banques misent de nouveau sur l’innovation et la croissance selon le Baromètre des banques EY 2018. Le sondage, réalisé auprès de 100 dirigeants de banques à travers toute la Suisse, montre également que les efforts liés à la digitalisation ont bondi depuis l’an dernier. Autrefois négligentes par rapport au digital, les banques reconnaissent de plus en plus le potentiel de la numérisation. De ce fait, les partenariats noués avec des acteurs non bancaires, tels que les fintech, sont d’avantage placés au premier plan.

Plein feux sur la digitalisation

Près de la moitié des banques interrogées prévoient que les développements technologiques auront des répercussions fondamentales sur les stratégies, les modèles d’affaires et les processus commerciaux, contre 26% en 2017. «La digitalisation est le moteur principal d’un changement structurel à long terme. Cette estimation des banques laisse entrevoir que la digitalisation n’est désormais plus considérée comme une tendance, mais bel et bien comme une réalité qui s’installe. En réaction à cette évolution, les banques investissent dans la mise en place de think tanks sur le numérique ou de plateformes d’innovation permettant de tester et de développer de nouvelles solutions», commente Olaf Toepfer, responsable Banking & Capital Markets chez EY en Suisse.

En outre, trois quarts des instituts financiers interrogés envisagent avoir recours à des robots logiciels ou à des assistants virtuels à l’avenir. Quant aux menaces apportées par la digitalisation, plus d’un quart des banques sondées citent la blockchain.

La cybersécurité, thème prioritaire de 2018

La digitalisation amène également son lot de désagréments et induit une vulnérabilité plus importante de la sécurité informatique des banques. «Le secteur du mobile banking a ouvert de nouvelles portes d’entrée aux hackers, cela rend le traitement professionnel et sécurisé des données d'autant plus important», commente EY. Les banques sondées ont donc majoritairement cité la cybersécurité comme thème prioritaire pour l’année en cours.

Webcode
DPF8_75329