Prestations en ligne

Les entreprises suisses ont de la peine à s’y retrouver dans l’offre de cyberadministration

| mise à jour

Une étude menée par la Confédération indique que les entreprises suisses sont globalement satisfaites des services cantonaux et fédéraux de cyberadministration. Des lacunes sont toutefois observées, dont la difficulté à trouver les bons services.

(Source: alphaspirit / Fotolia.com)
(Source: alphaspirit / Fotolia.com)

Dans une première étude nationale consacrée à la cyberadministration, la direction opérationnelle de la cyberadministration suisse a conclu que l’offre en la matière doit être élargie pour mieux répondre aux attentes des particuliers et des entreprises. En outre, il apparaît que les prestations en ligne existantes sont souvent trop peu connues des utilisateurs. Côté entreprises, l’étude indique qu’elles ont des difficultés à trouver les offres appropriées des autorités, les entreprises souhaiteraient en effet que l’offre actuelle soit présentée de façon plus claire et ciblée.

Malgré cette difficulté à y voir clair dans l’offre, la satisfaction des entreprises est toutefois déjà élevée à l’égard des services en ligne proposés actuellement par les administrations cantonales et fédérales. Deux tiers des entreprises interrogées se déclarant plutôt satisfaites et 4% extrêmement satisfaites. La confiance est également de mise, puisque plus de trois quarts des entreprises font confiance à ces services cyber-administratifs.

Actuellement, les entreprises suisses font appel à l’offre cyber-administratives pour la flexibilité au niveau des horaires et le gain de temps que ces services apportent. Le plus souvent pour participer aux enquêtes statistiques des autorités. Près de la moitié des entreprises ont rempli et transmis leur déclaration d’impôt en ligne, alors que plus d’un tiers ont signalé un changement d’adresse, se sont inscrites auprès des assurances sociales ou ont effectué leurs décomptes de cotisations sociales par voie électronique. Des lacunes sont pointées du doigt par les entreprises suisse, lesquelles regrettent spécialement de ne pas pouvoir communiquer des modifications au registre du commerce, de commander des extraits du registre des poursuites et d’engager des procédures de poursuite.

Webcode
DPF8_69895