Indice Hays

Des spécialistes IT toujours plus difficiles à trouver

| mise à jour

La demande en spécialistes IT est relativement stable, selon l’indice de Hays. Les spécialités affichent toutefois des évolutions fort différentes et, au premier semestre, les développeurs applicatifs et les administrateurs réseaux ont été les plus courtisés.

(Source: Pixsooz / Fotolia.com)
(Source: Pixsooz / Fotolia.com)

La société de conseil et de recrutement Hays a publié les résultats du deuxième trimestre de son indice sur la demande en spécialistes IT. Au premier regard, les choses semblent avoir peu changé, avec une demande globale en légère progression de 10 points. A y regarder de plus près, la demande a néanmoins fortement bougé dans les différents domaines.

Deux spécialités en vogue

La plus forte demande (174 points) concerne les développeurs applicatifs, une tendance à la hausse qui se poursuit depuis deux ans, à l’exception d’un léger fléchissement au second semestre 2016. Pour Dominik Rainer, responsable du domaine «informatique & banque» chez Hays Suisse, cette évolution est liée à la digitalisation et à l’automatisation en cours dans les entreprises, qui ne parviennent pas à assurer tous leurs développements applicatifs avec leurs ressources internes.

Autre constat de l’indice Hays, la forte progression de la demande en administrateurs réseau qui augmente de 42 points en un trimestre. «A nos yeux, cette évolution est davantage liée à la globalisation qui a une influence sur le marché actuel», explique Dominik Rainer.

Bien que dans une moindre mesure, la demande en développeurs web progresse également pour atteindre 132 points. Les spécialistes support et surtout les consultants IT sont en revanche moins recherchés.

Des spécialistes difficiles à trouver

Dominik Rainer se montre optimiste quant à la poursuite de cette tendance haussière, dans un contexte où les entreprises peinent toujours plus à trouver les spécialistes IT dont elles ont besoin. «Les modes de recrutement classiques ne fonctionnent plus», explique le spécialiste de Hays. Même le bouche-à-oreille ne serait plus une garantie de succès, de sorte que les entreprises investissent de plus en plus dans des annonces et les prestataires de recrutement. Y compris les sociétés qui s’appuyaient auparavant sur leur seul réseau.

La pénurie est accentuée par le déclin de l’immigration de spécialistes IT, en raison notamment de la stagnation des salaires et de la reprise économique dans leurs pays d’origine. «A long terme, ce développement va rendre le marché du travail encore plus tendu au profit des spécialistes», estime Dominik Rainer. Il recommande ainsi aux entreprises d’investir davantage dans la formation de leurs collaborateurs.

«Impossible aujourd’hui de se passer d’un bon marketing auprès des collaborateurs», souligne encore le spécialiste en recrutement. Les entreprises devraient se positionner comme des marques attractives, en offrant notamment une sécurité et des possibilités de formation continue. Et ne pas hésiter à s’adresser directement aux spécialistes via les réseaux sociaux. Le salaire jouerait en revanche un rôle moins important dans le choix d’un employeur.

Webcode
DPF8_55651