Cloud computing

L’adoption efficace du cloud passe par l’organisation

| mise à jour

Le fossé entre les entreprises avancées dans l’adoption du cloud et les autres est avant tout une question organisationnelle, indique une étude de McKinsey. Approche agile, définition claire des priorités et change management adéquat optimisent la migration.

(Source: Fotolia)
(Source: Fotolia)

Selon une récente étude du cabinet McKinsey, bien que les entreprises voient dans l’adoption du cloud une priorité, la plupart se trouvent encore au stade de l’expérimentation. Seule une minorité de «leaders» ont migré plus de 50% de leurs charges dans le cloud public ou privé. Le cabinet dresse ce constat après avoir sondé plus de 50 décideurs IT de grandes entreprises européennes et nord-
américaines, pour la plupart actives dans des secteurs fortement régulés (banques, assurances, santé).

L’étude indique en outre que toujours plus d’entreprises s’ouvrent au cloud public: par rapport à 2014, elles sont 20% de plus à planifier de migrer prochainement des charges complètes vers des SaaS, IaaS ou PaaS publics. Une majorité d’entre elles comptent migrer vers des SaaS leur support back-office, de même que les solutions de collaboration, de communication, de marketing et de vente. Les services IaaS et PaaS publics sont quant à eux surtout envisagés pour les activités de développement et test, ainsi que les sites et services web.

L’adoption du cloud propulsée par la stratégie organisationnelle

Le fossé entre les leaders de l’adoption du cloud et les autres tient moins à des choix technologiques qu’organisationnels, souligne le cabinet. Il apparaît en effet que les sociétés précoces dans l’utilisation du cloud computing ont défini une stratégie de migration claire pour l’ensemble de leurs applications. Pour motiver toutes les unités d’affaires à se tourner vers le cloud, ces entreprises mettent en avant des avantages tels qu’un déploiement d’applications accéléré, ainsi que des coûts d’infrastructures inférieurs. Effectuer un inventaire précis des fonctionnalités applicatives pour éviter les redondances facilite aussi la migration, observe McKinsey.

Approche agile et modèles opérationnels

Les leaders de l’adoption du cloud mettent aussi l’accent sur un développement inter-organisationnel de services cloud. En s’appuyant notamment sur une approche agile et en amenant l’équipe en charge des opérations IT à collaborer avec les développeurs. Objectif: définir ensemble les priorités et besoins en capacité et nouveaux services. Pour une adoption optimisée, il convient en outre d’opérer un change management appliqué à la mise en place de nouveaux modèles opérationnels de l’IT: les entreprises avancées en matière de cloud ont ainsi pris le temps d’évaluer puis de reconstruire les processus critiques et les modèles de gouvernance. Elles ont également investi dans le développement de nouvelles compétences et stimulent l’émergence d’une nouvelle mentalité. Ces entreprises ont également défini des objectifs clairs et mesurables, en modélisant un certain nombre de scénarios d’adoption pour déterminer des niveaux significatifs de retour sur investissement, indique l’étude.

Gagner le soutien des dirigeants

La discipline observée dans la gouvernance et le monitoring de leurs programmes cloud a aidé les décideurs IT de ces entreprises précoces à renforcer leur crédibilité pour gagner le soutien de l’exécutif, explique McKinsey. Qui souligne l’importance de s’assurer l’appui des cadres dirigeants en les impliquant très en amont du projet de migration, dès l’étape de planification, puis en partageant régulièrement les résultats du processus. La communication et la transparence s’avèrent dès lors essentielles, indique un participant, une migration vers le cloud exigeant à de nombreux groupes de collaborateurs de se débarrasser de «beaucoup d’anciennes habitudes».

Webcode
DPF8_34834