Tendances 2018

La déferlante numérique bouleverse tous les secteurs, y compris l'IT

| mise à jour

La transformation numérique est à l'agenda de la plupart des entreprises suisses, toutes tailles et tous secteurs confondus. Cette vague suscite aussi bien l'enthousiasme, que la crainte de ne pas pouvoir y répondre. Pour les fournisseurs informatiques, cela signifie surtout de nouvelles demandes à satisfaire.

(Source: Delphimages / Fotolia.com)
(Source: Delphimages / Fotolia.com)

La vague du numérique est là et les entreprises suisses se tranforment. Signe des temps, des sociétés de tous secteurs modifient leur organisation pour être sûr de ne pas passer à côté des opportunités digitales. Ces derniers mois, Novartis et la banque Julius Bär ont créé des fonctions de Chief Digital Officer. Tandis que l’assureur Bâloise et l’agence immobilière Wincasa ont ajouté des unités «transformation» à leur organigramme. Même le Conseil fédéral a mis en place en juin un organe consultatif «Transformation numérique», qui réunit personnalités de l’économie numérique suisse, dirigeants de start-up et de grandes entreprises, investisseurs et représentants du monde académique. L’attention est donc grande à l’égard de la numérisation et beaucoup d’indicateurs montrent que la Suisse est bien placée pour relever le défi de ce bouleversement technique et économique.

Les fournisseurs IT occupent une position privilégiée pour observer l’évolution des besoins numériques des entreprises. Interrogés dans le cadre de notre enquête, 62% d’entre eux jugent que les initiatives de transformation sont motivées par un environnement et une demande exigeant davantage d’agilité. La moitié estime également que les nouvelles possibilités technologiques stimulent la transformation numérique (voir graphique). Résultat surprenant, ils sont plus nombreux à estimer que la numérisation est motivée par la recherche de profitabilité que de croissance.

Doutes et craintes des PME

Si l’impératif de transformation est à l’agenda d’un grand nombre d’entreprises suisses, certaines craignent de ne pas être en mesure de relever le défi. Ainsi, seul un tiers des décideurs croit sa société capable de mettre en œuvre des projets de digitalisation, selon un sondage du fournisseur de services informatiques DXC. En outre, deux tiers des dirigeants questionnés jugent l’innovation au sein de leur entreprise comme étant médiocre ou faible.

La situation est également compliquée du côté des PME suisses, selon une enquête menée par la HES de Saint-Gall auprès de 600 sociétés. 72% des PME interrogées mènent déjà des projets numériques. Une majorité des PME voit dans la numérisation une occasion de gagner en efficacité via l'automatisation des processus. Le développement de nouveaux modèles d’affaires et l’acquisition de nouveaux clients sont également considérés comme des opportunités. Toutefois, de nombreuses petites et moyennes entreprises redoutent les effets du numérique. Elles craignent la complexité et la vitesse accrues du digital, mais aussi l’essor de services gratuits et des volumes de données difficiles à gérer. Enfin, 40% des PME jugent que le besoin en investissements est un défi majeur. La maturité varie aussi entre secteurs. Les PME actives dans l’hôtellerie et la restauration accusant notamment souvent du retard dans leurs initiatives numériques.

Transformation du secteur IT

La numérisation des PME suisses est bien sûr une opportunité pour les fournisseurs IT du pays. Car avec le numérique, les besoins et les budgets affectés aux technologies et aux prestations augmentent. Mais les nouvelles demandes émanant de la clientèle sont aussi un défi pour les fournisseurs. Ils doivent d’une part proposer une expertise et des services variés dans des domaines pointus, tels que l’internet des objets, le Big Data, l’intelligence artificielle, la cybersécurité ou le cloud. Et d’autre part conseiller les entreprises – en particulier les plus petites – sur la meilleure manière d’initier leur transformation numérique. Sans oublier de développer des offres IT-as-a-Service. Ainsi, selon l’enquête de la HES de Saint-Gall, 73% des PME informatiques voient dans le numérique une opportunité de développer de nouveaux concepts commerciaux. La moitié y voit aussi l’occasion d’acquérir de nouveaux clients en dehors du marché géographique existant, et d’optimiser l’efficacité des processus.

Les divers classements et chiffres sur le secteur IT romand sont le résultat d’une enquête en ligne conduite pendant les mois d'août et septembre 2017 directement auprès des fournisseurs informatiques présents en Suisse romande.

Pour cette édition, 151 entreprises ont répondu à notre invitation. Elles emploient 9241 collaborateurs en Suisse romande. La moitié des entreprises sondées ont moins de 26 collaborateurs. Les 20 premières du classement représentent la moitié du total des effectifs de l’échantillon.

Tags
Webcode
DPF8_74095