PUBLIREPORTAGE Banking Compliance

RegTech en Suisse

| mise à jour
par Dominik Witz, Head of Banking Compliance & RegTech, Swisscom

Les technologies comme l’IA ou les procédés biométriques permettent de numériser des processus de compliance bancaire, dont le traitement reste coûteux lorsqu’il est réalisé à la main. Les solutions RegTech offrent aux banques des gains considérables en efficience et en efficacité. Dernièrement, un écosystème vivant a vu le jour en Suisse, avec la création de plus de deux douzaines d’entreprises RegTech. Vue d’ensemble.

Dominik Witz, Head of Banking Compliance & RegTech, Swisscom
Dominik Witz, Head of Banking Compliance & RegTech, Swisscom

La mise en place de solutions informatiques dans les backoffices bancaires n’est pas une nouveauté. Contrairement aux applications traditionnelles de compliance et de gestion des risques, la RegTech mise sur les développements technologiques les plus récents. Ceci comprend:

  • Intelligence artificielle et programmes auto-adaptatifs pour l’évaluation de données en masse et l’élaboration d’analyses prévisionnelles.

  • Nouvelles techniques d’enregistrement et d’archivage apportant une assistance pour répondre aux obligations de conservation et de preuve.

  • Technologies de chiffrement et de sécurité innovantes améliorant la sécurité de l’échange des données entre les sociétés du groupe ou avec des organismes externes telles que les autorités de surveillance, les sociétés de contrôle ou les fournisseurs informatiques.

  • Plateformes dans le Cloud autorisant une utilisation commune des applications de conformité.

  • Procédures biométriques utilisant des techniques de scan du visage en 3D, de reconnaissance vocale ou d’empreinte des veines pour l’authentification du client dans le cadre du e-banking ou lors de demandes par téléphone et les mandats de clients.

24 start-up RegTech

Environ deux douzaines de startups ont été créées en peu de temps en Suisse d’après la carte RegTech établie par Swisscom Banking et par e-foresight. Elles sont spécialisées dans le développement de logiciels résolvant des problèmes très spécifiques de gestion de compliance et des risques. Elles peuvent recouvrir dans certaines conditions les exigences de plusieurs réglementations en même temps ou même être applicables ailleurs que dans le secteur financier.

On retrouve également deux entreprises RegTech suisses parmi les plus connues, dans la catégorie gestion des risques opérationnels et lutte contre la fraude: La start-up suisse maintes fois primée Qumram permet l’enregistrement traçable des interactions en ligne des clients ou des collaborateurs et ainsi la documentation des obligations de comportement réglementaires. La jeune entreprise romande NetGuardians utilise le big data pour créer des analyses de comportement de manière à éviter la fraude.

La discipline «Crossborder et Tax Compliance» regroupe des solutions créées pour les banques en vue de la conformité aux exigences de la fourniture transfrontalière des services financiers ainsi que du droit fiscal. Les sociétés logicielles Indigita et Confinale numérisent les décisions concernées, les contrôles et les reportings.

Les dispositions de protection des investisseurs comme la directive européenne MiFID II ou la LSFin suisse actuellement traitée par le Parlement donnent un élan aux applications réalisant, au moyen d’analyses quantitatives, un relevé du profil des risques des clients d’investissements et de gestion d’actifs et le comparant au profil de risque des instruments et portefeuilles d’investissements. Les start-up EdgeLab, Finhorizon, Investment Navigator, Protagoras et Risk Concile offrent des solutions dans ce domaine.

Les procédés biométriques simplifient et améliorent la convivialité de l’authentification par e-banking ou par téléphone tout en offrant une sécurité accrue. La jeune entreprise romande OneVisage permet de réaliser, pour de telles applications, un selfie en 3D qui est comparé biométriquement à la photo enregistrée chez le prestataire de services financiers.

La jeune entreprise zurichoise KYC Exchange Net AG offre une solution remarquée dans le domaine du blanchiment d’argent et de la criminalité financière en proposant une plateforme pour l’échange sécurisé et efficace des informations standardisées Know Your Customer et Customer Due Diligence, pour la vérification des clients.

Cela prendra encore quelques années avant que les textes de réglementation puissent être interprétés automatiquement et implémentés dans des processus et des applications en raison du développement complexe et laborieux. Toutefois, des applications sont déjà disponibles comme solution intermédiaire, permettant l’identification de réglementation et leur rattachement aux types d’organisations et unités d’organisation et processus concernés. Les start-up zurichoises Apiax et Capnovum sont pionnières dans ce secteur.

Une chance pour les grandes et les petites banques

Plusieurs entreprises RegTech évoquées précédemment ont développé leurs solutions fonctionnelles en collaboration avec des grandes banques ou différentes banques cantonales.

C’est précisément pour les petits et les moyens prestataires de services financiers que les solutions à base de plateformes, créant des effets d’échelle et ainsi des avantages en matière de coûts, apporteront à court terme le plus de bénéfice. Les infrastructures, par exemple les serveurs, les bases de données et les systèmes d’exploitation nécessaires peuvent être utilisées par plusieurs banques, permettant ainsi un partage des coûts.

Dans l’ensemble, les nouvelles solutions technologiques participent à ce que de nombreux processus de conformité effectués manuellement puissent à l’avenir être numérisés. Le domaine RegTech constitue ainsi un champ de développement prometteur de la numérisation du secteur financier.

Banking Compliance & RegTech aus sein de Swisscom

Les applications RegTech, par exemple Data Analytics ou IA permettent aux prestataires de services financiers d’automatiser les exigences de conformité et ainsi de les traiter de manière économique. Swisscom agit ici en tant que fournisseur all-in-one.

Depuis juin 2017, Swisscom propose en collaboration avec la start-up RegTech Qumram un «Digital Channel Recorder» capable d’enregistrer toutes les interactions sur tous les canaux numériques sans heurt. Il est ainsi possible de suivre toutes les actions sur les canaux numériques ainsi que les informations qui y sont publiées par l’entreprise. Assurances, prestataires financiers ou autres entreprises de l’économie numérique: peu importe le secteur dans lequel vous travaillez, vos responsables de compliance et spécialistes des risques disposent d’une vue d’ensemble des transactions qu’ils peuvent contrôler sur une base individuelle. www.swisscom.ch/digitalchannelrecorder

Autre service: le Fraud Prevention Service, assuré par Swisscom en partenariat avec la start-up NetGuardians. Les systèmes bancaires sont protégés contre les fraudes en supervisant et en analysant en temps réel le comportement des clients lors de transactions ainsi que les activités quotidiennes de leurs collaborateurs. Ceci permet de bloquer les transactions suspectes et de notifier immédiatement la banque en cas d’une situation à risque. www.swisscom.ch/banking

La carte des start-up RegTech peut être téléchargée sous www.swisscom.ch/regtechmap.

Tags
Webcode
DPF8_66409