Automatisation

Ces plateformes qui créent des logiques entre les services web

| mise à jour

En quelques clics, IFTTT et Zapier automatisent des tâches entre des services web, en puisant dans les fonctionnalités de leurs API. Microsoft s’est aussi lancé sur ce créneau avec Flow, qui vient de sortir en version finale.

L’internet des objets est l’un des domaines qui séduit le plus d’utilisateurs d’IFTTT. (Source: IFTTT)
L’internet des objets est l’un des domaines qui séduit le plus d’utilisateurs d’IFTTT. (Source: IFTTT)

Tenir un carnet de notes sur Evernote regroupant des emails d’une certaine thématique s’avère plutôt fastidieux si l’on procède manuellement, par de lassants copier-coller. Voilà typiquement une tâche que l’on souhaiterait pouvoir automatiser. C’est possible à l’aide de services comme IFTTT, Zapier et Flow, que Microsoft vient de lancer en version finale.

Abréviation de «If This Then That», IFTTT (lancé voici cinq ans par une start-up californienne) porte bien son nom puisqu’il sert à mettre en place des processus en suivant la logique: si je fais ceci sur ce service, je veux que cela se passe dans cet autre service. Chaque automatisation créée devient une recette. L’une d’elle permet ainsi que tous les mails libellés «Evernote» dans sa boîte Gmail créent une nouvelle note dans l’app Evernote. Une fois conçue, une recette est utilisable pour les besoins propres de l’utilisateur, mais également publiable sur la plateforme du service et donc disponible pour les autres utilisateurs souhaitant automatiser la même tâche.

Au choix: les fonctionnalités de plus de 300 services

La création des recettes s’appuie sur les API des plus de 300 services et plateformes online qu’IFTTT se propose d’interconnecter. Outre Gmail et Evernote, cités plus haut, mentionnons la disponibilité de Twitter, Facebook, Dropbox, Slack, Spotify ou Youtube. La procédure est mise en place sans devoir coder la moindre ligne. L’utilisateur décide en quelques clics quelles fonctionnalités de l’API il souhaite intégrer dans sa recette. Il est par exemple possible de choisir de systématiquement sauver dans Dropbox les photos sur lesquelles on est tagué sur Facebook. L’utilisateur aurait tout aussi bien pu décider de sauver chaque photo que lui-même poste sur Facebook, parmi la dizaine d’activateurs proposés pour le réseau social (le nombre d’options varie selon les services compatibles). Que l’on fasse appel à IFTTT dans sa vie privée ou au bureau, par exemple pour booster sa productivité, l’automatisation personnalisée ainsi permise, rapide à prendre en main, présente l’énorme avantage de pouvoir créer des ponts au sein d’un écosystème de services numériques toujours plus nombreux et a priori compliqués à interconnecter sans connaissances en programmation.

Au-delà de 100 services dédiés à la domotique

Recevoir automatiquement une notification pour se rappeler où sa voiture est parquée? C’est notamment possible depuis janvier dernier si l’on possède un modèle connecté du fabricant BMW. L’internet des objets (IdO) et services associés, en pleine expansion, se présente comme l’un des domaines qui séduit le plus d’utilisateurs d’IFTTT. En Suisse encore plus qu’ailleurs. La firme a récemment publié des statistiques d’utilisation indiquant que dans nos contrées, près de la moitié des utilisateurs s’en servent pour automatiser des processus en lien avec des objets connectés. Soit le pourcentage le plus élevé au monde. Suivent les Pays-Bas, le Danemark, la Belgique et l’Autriche. Avec un taux de 20%, les Etats-Unis se place en 13ème positon.

Sur IFTTT, on observe que la majorité des canaux pris en charge sont liés à la domotique (plus de 100). Exemples d’automatisations disponibles dans cette catégorie: celles liées au Pop Home Switch de Logitech, un bouton physique pour contrôler plusieurs objets connectés à la fois. Il est entre autres possible de passer par IFTTT pour programmer la recette: si je presse sur l’interrupteur de Logitech alors mon système de lumières Philips Hue s’allume.

Encore peu d’applicatifs métiers sur IFTTT

Qu’il s’agisse de services dédiés aux objets connectés, aux médias sociaux, aux outils de messagerie les plus courants ou encore de services de partage et de stockage de fichiers multimédias, le nombre de canaux disponibles sur IFTTT augmente en permanence. Début août, Skype y a ainsi fait son apparition, avec la possibilité d’ajouter un chatbot IFTTT à sa liste de contacts. Le chatbot en question peut se paramétrer pour communiquer via Skype des infos préalablement établies par une recette. Une autre récente initiative, le Partner Program, permet aux développeurs tiers de proposer nativement dans leur app une fonction de création des recettes entre leur app et les autres services présents sur IFTTT.

IFTTT ne lésine donc pas sur les efforts d’innovation pour élargir son écosystème. Mais le service reste tout de même encore limité dans le cadre d’une utilisation en entreprise. Il ne liste en effet qu’une vingtaine d’applications «Business», dont LinkedIn, MailChimp, Salesforce, Slack ou encore SurveyMonkey. Face à ce choix restreint, les utilisateurs professionnels peuvent se tourner vers des services alternatifs qui les ciblent davantage: Zapier et Flow.

Zapier automatise des tâches résolument IT

Zapier fonctionne comme IFTTT, avec cette fois des «zaps» en guise de recettes. IFTTT mise sur la simplicité alors que Zapier est plus ardu à prendre en main. Quelques secondes passées sur le site de ce dernier suffisent à se convaincre de sa cible bien spécifique. Les plus de 600 applicatifs et services que Zapier est en mesure de lier sont en effet regroupés en catégories résolument «pro»: Outils de marketing, Processus de paiement, RH, etc. Certaines sont même spécifiquement orientées IT: Ads et analytiques, Amazon Web Services, Base de données, Outils de développement… Exemples de zaps? «Me notifier dans Slack quand une nouvelle instance Amazon EC2 est créée», «Créer des événements customisés dans New Relic Insights pour les nouveaux leads Salesforce» ou encore «Ajouter une nouvelle ligne dans une feuille de calcul de Google Sheets quand des «issues» sont créées sur
GitHub». Contrairement à IFTTT, Zapier permet de créer des processus de plus de deux étapes, mais n’est pas totalement gratuit. Pour tirer tout le potentiel de Zapier, différentes tarifs (de 20 à 250 dollars par mois) sont proposées en fonction du niveau de performance souhaité.

Flow: pensé spécialement pour l’écosystème Microsoft

Nouveau venu sur ce marché de l’automatisation de flux de tâches, Flow est signé Microsoft et orienté business. Disponible en préversion depuis ce printemps, le service vient de sortir en version finale. Le point fort de Flow réside dans son intégration avec les applications et services Microsoft, dont la suite Office 365, OneDrive, Dynamics CRM, SharePoint ou encore le réseau social d’entreprise Yammer. Flow ne se limite toutefois pas aux produits de la firme de Redmond et propose la création de flux avec d’autres services prisés des entreprises: MailChimp, Google Drive, Dropbox, Salesforce, Trello, Slack ou encore GitHub. Flow s’agrémente d’apps mobiles dédiées, sur iOS et Android, lesquelles permettent d’exercer un suivi et gérer les flux précédemment créés via le portail web. Ces derniers servent par exemple à créer des leads dans Dynamics CRM chaque fois qu’une ligne de cordonnées est ajoutée à une feuille Excel définie.

Flow permet pour l’heure de connecter près de 60 services, soit environ cent fois moins moins que Zapier, qui reste le service le plus attrayant afin de lier des applicatifs métiers. Tandis que de son côté, IFFTT se montre plus accessible et plus riche, dans le cadre d’une utilisation privée ou en vue d’améliorer la productivité en automatisant des tâches de bureautique.

Tags
Webcode
DPF8_13119