20.09.2016 16:17 (Yannick Chavanne)
Open World 2016

IaaS, PaaS et DBaaS: Oracle dégaine ses nouveautés

Au cours de la keynote de l’Open World 2016, Larry Ellison n’a pas hésité à anticiper la fin de règne d’AWS sur le marché du cloud: «La domination d’Amazon s’achève.»
Au cours de la keynote de l’Open World 2016, Larry Ellison n’a pas hésité à anticiper la fin de règne d’AWS sur le marché du cloud: «La domination d’Amazon s’achève.» (Source: 2016 Oracle)
Lors de l’Open World 2016, Oracle a introduit sa Database 12c Release 2, sa nouvelle offre IaaS et plusieurs améliorations pour son PaaS, dont le support de Node.js et PHP.

En ouverture d’Open World, l’événement annuel d’Oracle, l’éditeur a précisé ses ambitions dans le cloud. Plusieurs nouveautés viennent agrémenter les offres IaaS et PaaS de la firme fondée par Larry Ellison. Ainsi, l’Oracle Cloud Platform as a Service, historiquement  tournée vers le développement et le déploiement d’applications Java, s’ouvre à d’autres langages. Le service Application Container Cloud supporte maintenant PHP et Node.js, les développeurs ont ainsi le choix, en plus de Java SE, entre différentes versions récentes de Node et PHP.

En outre, des applications composées via de multiples services PaaS peuvent être créées et gérées comme une seule unité, avec le module Oracle Cloud Stack Manager. Oracle promet aussi qu’avec Application Builder Cloud Service, il est possible de créer des applications métiers sans disposer de connaissances de programmation poussées, notamment à l’aide d’APIs pré-configurées ou personnalisables en puisant dans un catalogue de services REST.

Oracle désire aussi faciliter la collaboration entre membres d’une équipe DevOps: les fonctions de suivi des problèmes, de gestion des versions de code de l’Oracle Developer Cloud Service sont dans ce but intégrées aux outils de collaboration Slack, Hipchat, Hashicorp's Packer et Terraform.

La nouvelle base de données d’abord disponible en tant que service cloud

Oracle a aussi profité de l’Open World 2016 pour dévoiler la nouvelle mouture de la base de données au cœur de son PaaS. L’Oracle Database 12c Release 2 illustre la stratégie résolument cloud d’Oracle, puisqu’elle présente la particularité d’être disponible en premier lieu dans le cloud de l’éditeur californien, en mode Database-as-a-Service (DBaaS). Elle ne sera en effet proposée que dans un second temps en version on-premise. Oracle met en avant son offre DBaaS en la décrivant comme plus rapide que les offres concurrentes et en promettant aux équipes DevOps de booster leur productivité, tout en «renforçant la sécurité en permettant une configuration et un démontage rapides de nouvelles bases de données.»

Une offre IaaS taillée pour contrer Amazon

En matière de IaaS, Oracle a introduit une offre que le fondateur Larry Ellison, fidèle à son image, n’a pas hésité à décrire comme plus performante (11,5 fois plus rapide) et 20% moins chère que les offres d’Amazon Web Services. Le IaaS signé Oracle va permettre, dixit l’éditeur, de tirer le meilleur des deux types environnements, multi-tenant et single-tenant, via un éventail de services dont une offre Bare Metal mais aussi les améliorations des services cloud existants, dont les nouveautés liées aux PaaS abordées précédemment. Des nouveautés qui incitent Larry Ellison à fanfaronner: «La domination d’Amazon s’achève.»  

En ouverture d’Open World, l’événement annuel d’Oracle, l’éditeur a précisé ses ambitions dans le cloud. Plusieurs nouveautés viennent agrémenter les offres IaaS et PaaS de la firme fondée par Larry Ellison. Ainsi, l’Oracle Cloud Platform as a Service, historiquement  tournée vers le développement et le déploiement d’applications Java, s’ouvre à d’autres langages. Le service Application Container Cloud supporte maintenant PHP et Node.js, les développeurs ont ainsi le choix, en plus de Java SE, entre différentes versions récentes de Node et PHP.

En outre, des applications composées via de multiples services PaaS peuvent être créées et gérées comme une seule unité, avec le module Oracle Cloud Stack Manager. Oracle promet aussi qu’avec Application Builder Cloud Service, il est possible de créer des applications métiers sans disposer de connaissances de programmation poussées, notamment à l’aide d’APIs pré-configurées ou personnalisables en puisant dans un catalogue de services REST.

Oracle désire aussi faciliter la collaboration entre membres d’une équipe DevOps: les fonctions de suivi des problèmes, de gestion des versions de code de l’Oracle Developer Cloud Service sont dans ce but intégrées aux outils de collaboration Slack, Hipchat, Hashicorp's Packer et Terraform.

La nouvelle base de données d’abord disponible en tant que service cloud

Oracle a aussi profité de l’Open World 2016 pour dévoiler la nouvelle mouture de la base de données au cœur de son PaaS. L’Oracle Database 12c Release 2 illustre la stratégie résolument cloud d’Oracle, puisqu’elle présente la particularité d’être disponible en premier lieu dans le cloud de l’éditeur californien, en mode Database-as-a-Service (DBaaS). Elle ne sera en effet proposée que dans un second temps en version on-premise. Oracle met en avant son offre DBaaS en la décrivant comme plus rapide que les offres concurrentes et en promettant aux équipes DevOps de booster leur productivité, tout en «renforçant la sécurité en permettant une configuration et un démontage rapides de nouvelles bases de données.»

Une offre IaaS taillée pour contrer Amazon

En matière de IaaS, Oracle a introduit une offre que le fondateur Larry Ellison, fidèle à son image, n’a pas hésité à décrire comme plus performante (11,5 fois plus rapide) et 20% moins chère que les offres d’Amazon Web Services. Le IaaS signé Oracle va permettre, dixit l’éditeur, de tirer le meilleur des deux types environnements, multi-tenant et single-tenant, via un éventail de services dont une offre Bare Metal mais aussi les améliorations des services cloud existants, dont les nouveautés liées aux PaaS abordées précédemment. Des nouveautés qui incitent Larry Ellison à fanfaronner: «La domination d’Amazon s’achève.»  

© Netzmedien AG 2016
La reproduction ou la diffusion de tout ou partie d’articles, d’images ou de publicités est formellement interdite sauf autorisation expresse de l’éditeur.

Source URL (Extrait le 30.09.2016 08:34):

http://www.ictjournal.ch/News/2016/09/20/IaaS-PaaS-et-DBaaS-Oracle-degaine-ses-nouveautes.aspx