24.04.2013 17:26 (Hélène Lelièvre)
Recherches sur l'habitat intelligent

L'EPFL installe un centre de recherches à Fribourg, réactions mitigées

Le site de l'ancienne brasserie Cardinal accueillera un centre de recherche sur l'habitat intelligent de l'EPFL.
Le site de l'ancienne brasserie Cardinal accueillera un centre de recherche sur l'habitat intelligent de l'EPFL.
A peine annoncée, la venue de l'EPFL sur le site Blue Factory à Fribourg provoque de vives réactions de la part du recteur de l'Université de Fribourg. S'il salue cette nouvelle, il conteste le financement de ce projet de centre de recherche dédié à l'habitat intelligent par le Conseil d'Etat.

Hier, l'Ecole polytechnique fédéral de Lausanne (EPFL) et le Conseil d'Etat fribourgeois ont signé un accord visant à l'installation d'un centre de recherche dédié aux technologies de la maison du futur sur le parc technologique et d'innovation BlueFactory. Baptisé Smart Living Lab (SLL), ce centre sera basé dans un bâtiment expérimental à construire sur le site. Il mettra en réseau des chercheurs issus de l'EPFL, de l'Université de Fribourg et de l'Ecole d'ingénieurs et d'architectes de Fribourg. 

Un projet à 50 millions de francs

En termes de financement, l'EPFL assumera la charge de deux autres chaires. Quant au canton de Fribourg, il se chargera des infrastructures, de l'installation et des frais de fonctionnement des groupes de recherches de l'Université et de l'EIA, ainsi que de trois chaires de l'EPFL. Le canton évalue le coût de ce projet à 20 millions de francs pour la construction du bâtiment auxquels s'ajoutent environ 30 millions de francs sur les cinq prochaines années pour les frais de fonctionnement. Ce montant sera affiné d'ici la fin de l'année. 

Colère du recteur

Les 6 millions de francs de frais de fonctionnement par année qui devraient être concédés par le Conseil d'Etat commencent à faire grincer les dents. Le recteur de l'Université de Fribourg, Guido Vergauwen, a, selon le bureau fribourgeois de la RTS, fait connaître son mécontentement. Dans un courriel adressé à ses collaborateurs, il a estimé que les sommes concédées à ce projet par le canton sont trop élevées. Il considère en outre comme incompréhensible «le contraste entre les engagements (que) l’Etat est prêt à faire en faveur de l’EPFL et l’important renoncement à des moyens supplémentaires qui est demandé à l’Université». Et le recteur d'ajouter: «Cet engagement important de l’Etat contraste massivement avec les décisions du Conseil d’Etat sur la planification pluriannuelle de l’Université, laquelle devra se passer quasiment de toute augmentation de postes jusqu’en 2016.» Il fera connaître prochainement la position de l'Université au Conseil d'Etat dans un courrier formel. Pour autant, Guido Vergauwen salue l'arrivée de l'EPFL à Fribourg.

60 000 m2 à disposition

Pour mémoire, le parc scientifique BlueFactory a pris place sur le site de l'ancienne brasserie Cardinal. Il est le fruit d'un partenariat entre la ville et l'Etat de Fribourg. Il accueille d'ores-et-déjà dans les locaux existants une vingtaine de start-up actives dans l’innovation, la technique ou encore le développement durable. Des travaux pour aménager les 60 000 m2 du parc devraient débuter l'an prochain. 

Hier, l'Ecole polytechnique fédéral de Lausanne (EPFL) et le Conseil d'Etat fribourgeois ont signé un accord visant à l'installation d'un centre de recherche dédié aux technologies de la maison du futur sur le parc technologique et d'innovation BlueFactory. Baptisé Smart Living Lab (SLL), ce centre sera basé dans un bâtiment expérimental à construire sur le site. Il mettra en réseau des chercheurs issus de l'EPFL, de l'Université de Fribourg et de l'Ecole d'ingénieurs et d'architectes de Fribourg. 

Un projet à 50 millions de francs

En termes de financement, l'EPFL assumera la charge de deux autres chaires. Quant au canton de Fribourg, il se chargera des infrastructures, de l'installation et des frais de fonctionnement des groupes de recherches de l'Université et de l'EIA, ainsi que de trois chaires de l'EPFL. Le canton évalue le coût de ce projet à 20 millions de francs pour la construction du bâtiment auxquels s'ajoutent environ 30 millions de francs sur les cinq prochaines années pour les frais de fonctionnement. Ce montant sera affiné d'ici la fin de l'année. 

Colère du recteur

Les 6 millions de francs de frais de fonctionnement par année qui devraient être concédés par le Conseil d'Etat commencent à faire grincer les dents. Le recteur de l'Université de Fribourg, Guido Vergauwen, a, selon le bureau fribourgeois de la RTS, fait connaître son mécontentement. Dans un courriel adressé à ses collaborateurs, il a estimé que les sommes concédées à ce projet par le canton sont trop élevées. Il considère en outre comme incompréhensible «le contraste entre les engagements (que) l’Etat est prêt à faire en faveur de l’EPFL et l’important renoncement à des moyens supplémentaires qui est demandé à l’Université». Et le recteur d'ajouter: «Cet engagement important de l’Etat contraste massivement avec les décisions du Conseil d’Etat sur la planification pluriannuelle de l’Université, laquelle devra se passer quasiment de toute augmentation de postes jusqu’en 2016.» Il fera connaître prochainement la position de l'Université au Conseil d'Etat dans un courrier formel. Pour autant, Guido Vergauwen salue l'arrivée de l'EPFL à Fribourg.

© Netzmedien AG 2014
La reproduction ou la diffusion de tout ou partie d’articles, d’images ou de publicités est formellement interdite sauf autorisation expresse de l’éditeur.

Source URL (Extrait le 24.10.2014 14:43):

http://www.ictjournal.ch/News/2013/04/24/LEPFL-installe-un-centre-de-recherches-a-Fribourg-reactions-mitigees.aspx